Les lundis de l’Histoire – épisode 10 – Blood Bowl de nos jours (2/2)

Votre rdv bloodbowlistico-historique du lundi !

Sans plus attendre, l’épisode du jour :


BLOOD BOWL DE NOS JOURS (2/2)

LES JOUEURS

 

Une équipe de Blood Bowl est composée d’un nombre important de joueurs. Cependant, en accord avec les règles, seuls 11 d’entre eux peuvent se trouver en même temps sur le terrain. Sans grande surprise, cette règle non plus n’a pas toujours été respectée.

Durant la première mi-temps de la finale du Blood Bowl 2476, les Têtes Coupées s’arrangèrent pour aligner pas moins de 27 joueurs sur le terrain. Cette méprisable tricherie ne fut repérée qu’à la mi-temps, en effet, il n’y avait pas assez d’oranges pour tout le monde ! Lorsqu’on leur demanda pourquoi ils ne l’avaient pas  remarqué plus tôt, leur adversaires affirmèrent que cela leur était impossible car tous les orques se ressemblent, surtout quand ils sont en train de vous écraser la tête par terre.

Il y eut également une dispute durant un mémorable match entre les Faucheurs de Luzerne et les Rampeurs, lorsqu’on découvrit que le nouveau coureur des Faucheurs était en fait deux halflings dans un déguisement d’ogre, l’un monté sur les épaules de l’autre ! L’affaire fut réglée lorsque le capitaine troglodyte des Rampeurs dévora les deux tricheurs et le jeu put enfin reprendre.

Parmi les 11 nobles guerriers légalement autorisés sur le terrain, certains sont des trois-quarts ordinaires mais d’autres sont plus spécialisés. Voici les spécialistes les plus courant du Blood Bowl :

Blitzers : Ces talentueux joueurs sont souvent les vedettes du jeu, combinant force et compétence avec vitesse et polyvalence. Les joueurs de Blood Bowl les plus en vue sont tous des Blitzers car ils sont toujours au cœur de l’action et réalisent de véritables exploits ! Leur tâche habituelle est de percer la ligne adverse et de courir avec le ballon pour marquer. Les capitaines d’équipes sont généralement des Blitzers et sont invariablement des énergumènes très autoritaires et frimeurs qui ont pris la grosse tête (prière de pas répéter ça à un Blitzer ou on va avoir plein d’ennuis, voire même finir à l’hôpital).

Lanceurs : Blood Bowl est bien plus qu’un jeu où il suffit de saisir le ballon et de charger à fond la caisse vers l’autre côté (bien que ceci se soit révélé efficace pour toutes les équipes à un moment ou à un autre). Si vous pouvez envoyer un joueur de l’autre coté, pourquoi ne pas simplement lui lancer le ballon et vous épargner un bain de sang inutile ? C’est là que les lanceurs entrent en scène. Ils sont peu protégés, préférant esquiver un tacle plutôt que de se faire aplatir, mais ont de puissants bras et une excellente acuité visuelle.

L’infâme tactique « Ligne de Corps » de l’équipe mêlant snotling et géants des années 60, les No- Hawks, où les lanceurs géants avaient coutume de lancer un snotling portant le ballon dans la zone d’en- but adverse fut temporairement déclarée illégale. Mais bon, qu’est ce qui ne l’a pas été ?

Receveurs : Et bien sûr, si vous lancez le ballon, il est judicieux d’avoir quelqu’un à l’autre bout pour le réceptionner ! C’est là que les receveurs interviennent. Faiblement protégés au bénéfice de la vitesse, ils sont habiles à esquiver leurs adversaires plus lents et à se précipiter dans les espaces vides, prêts à recevoir une passe longue. Le légendaire Tarsh Quatre-mains, de l’équipe Skaven par ailleurs passablement répugnante des Skavenblight Scramblers, est généralement considéré comme le meilleur receveur de tous les temps. Avec ses deux têtes et ses quatre bras, ce rat mutant avait de toute évidence un net avantage sur les autres receveurs moins… hum… privilégiés !

Bloqueurs : Si un camp tente de se frayer un passage dans les lignes adverses, vous verrez souvent les bloqueurs de l’autre équipe entrer en action pour les stopper. Ces colosses pesants sont souvent lents et peu futés, mais ils ont la corpulence et la puissance pour empêcher ces frimeurs de  blitzers  d’aller  plus loin ! Les orques noirs, les ogres et les trolls font d’excellents bloqueurs, mais cet état de fait a compromis les chances d’équipes comme les Ogres de d’Oldheim qui, avec seulement des bloqueurs et des trois-quarts, rencontrent de gros problèmes pour marquer le moindre Touchdown !

Trois-quarts : Alors que l’attention est concentrée sur les divers spécialistes, les vrais fans de Blood Bowl vous diront que les joueurs à qui revient le travail ingrat sont les trois-quarts. Ce sont eux qui se font écrabouiller en tentant de protéger leur lanceur d’un énorme ogre, qui sont complètement occultés lorsque leur blitzer tape à l’œil fonce vers la zone d’en-but ou qui se font esquinter par les trois-quarts adverses alors que les autres joueurs plus talentueux s’en vont marquer des Touchdows. « Geindre comme un trois- quart » est une expression courante dans le milieu de Blood Bowl pour désigner un pleurnichard, mais s’il n’y avait pas les trois-quarts se plaignant de leurs coéquipiers individualistes et m’as-tu-vu, les journaux à sensation auraient souvent du mal à remplir leur page sportive !

L’EQUIPEMENT

 

Équiper une  équipe pour une  saison peut coûter jusqu’à 150.000 po, et à voir la façon dont les joueurs traitent leur matériel, on pourrait croire que l’argent pousse sur les arbres. Cependant, ces protections sont utiles pour garder un joueur en vie. Le coût de l’équipement est si élevé que certaines équipes, particulièrement celles des races goblinoïdes les plus pauvres, insistent pour qu’un joueur fournisse son propre équipement. Certains sont devenus très inventifs et se fabriquent un attirail de Blood Bowl à partir de n’importe quoi.

Le tout premier ballon, nous dit l’histoire, a été fait à partir de la vessie d’un porc malchanceux nommé Denis. C’est triste à dire, mais le ballon utilisé en cette occasion n’a pas survécu jusqu’à nos  jours. Cependant, le Musée du Blood Bowl contient de nombreux ballons des premiers jours. A cette époque, un ballon pouvait avoir n’importe quelle forme et être fait de n’importe quelle matière suffisamment solide pour supporter un match, tout en restant assez léger pour être lancé.

De nos jours, tous les ballons sont fabriqués par le CBBB, la Compagnie des Ballons de Blood Bowl, de Rocks Rapid près de Middenheim. Les ballons pour les matchs pro coûtent 30 po. Les règles précisent que l’équipe qui reçoit doit fournir 25 ballons. Le ballon typique de Blood Bowl pèse environ une livre et est rempli d’air. A ce sujet, les joueurs gobelins en particulier, semblent apprécier de refiler un ballon rempli de gaz plus léger que l’air à un lanceur adverse avant une passe vitale, juste pour voir l’expression sur son visage quand sa passe flamboyante monte vers le ciel avant de disparaître ! Dans les dernières années, les équipes ont expérimenté des ballons à pointes qui restent fixés au joueur après avoir été lancés. Ceci permet à une équipe de contourner les règles interdisant la présence d’armes sur le terrain de jeu.

DERRIERE LES JOUEURS

Derrière chaque bonne (et mauvaise) équipe de blood bowl, il y a un important groupe de professionnels très qualifiés qui s’occupent de  tout, sauf évidement de jouer les matchs. Les Reikland Reavers, par exemple, disposent de la troupe suivante :

Direction : Au sommet, il y a le propriétaire et président J.J. Griswell avec son équipe de onze directeurs, secrétaires et autres béni-oui-ouis. Ils suivent J.J. partout, notant chaque décision ou idée importante, enregistrant les géniales paroles qui sortent de sa bouche pendant qu’il parcourt le stade en virant les employés. A coté de ce groupe, il y a pas moins de dix financiers, juristes et administrateurs qui gèrent la vie quotidienne du club.

Encadrement : Helmut Zwimmer a la responsabilité de maintenir ses joueurs dans une forme  optimale, aidé par dix entraîneurs spécialisés et par deux assistants. Les spécialistes entraînent chacun les joueurs sur un point particulier du jeu, passes, réceptions, mutilations, étranglements,…

Santé : Les Reavers emploient une équipe médicale de quatre apothicaires et soigneurs ainsi qu’un conseiller et juriste à plein temps, dont le rôle est de s’assurer du bien-être des joueurs entre les matchs ou, dans le cas des Reavers, de les faire sortir de prison pour qu’il puissent jouer le lendemain !

Relations Publiques : Ce département emploie 18 personnes, dont les tâches consistent à éditer les programmes, le fanzine du club et à vendre les tickets. Ils organisent aussi le divertissement de la mi-temps et entraînent le groupe des pom-pom girls, les Reavettes (et leurs deux gardes du corps).

Il faut ajouter à cette équipe tous les serviteurs, femme de ménage, gardiens, vendeurs, barmen  et tous les inévitables pique-assiettes ou autres parasites et on obtient en fin de compte bien plus qu’une simple équipe de onze psychopathes dressés au combat !

POM-POM GIRLS

 

Que deviendrait-on sans les beautés des champs de bataille de Blood Bowl, ces charmantes créatures des confrontations de la Coupe du Chaos, les pom-pom girls ? Une équipe se démoralise toujours à un moment ou à un autre, et il n’y a rien de tel qu’un joyeux chœur hurlé par une brochette de jolies filles pour remonter le moral des troupes et rattraper un retard ! Chaque équipe a son groupe  de  pom-pom girls, des sombres beautés elfes des Darkside Cowgirls jusqu’aux boudins verdâtres des Yeux Crevés. Même les Pourris de Nurgle ont une troupe de pom-pom girls que vous trouverez à votre goût si vous êtes une masse gélatineuse de miasmes putrescents, comme le reste des joueurs des Pourris.

La plupart des équipes de Blood Bowl ont des règles strictes concernant les pom-pom girls, en particulier quand il s’agit de relations avec les joueurs. Certaines interdisent toute forme de contact entre les champions et les pom-pom girls, toute désobéissance à cette règle pouvant provoquer un renvoi immédiat et irrévocable. La tâche principale des pom-pom girls, qui connaissent parfaitement leur travail, est de composer ces singuliers chants et refrains. Voici une sélection de certaines des meilleurs équipes actuelles :

Yeux Crevés

On est des zorques, c’est pas du pipo

On va t’mett’ une patate sul’muzo

On va t’mord les zoreilles et t’arracher les ch’veux

Et si qu’ça marche pas, on t’crèvera les yeux

On est les Yeu, on est les Cre, on est les vé…

Les Sales Frappes

On est les censuré de Frappes, on vous censuré et vous  censuré et aussi vous  censuré la tête !

Ou

SAL’FRAPPES, SAL’FRAPPES, tra la la la lère

SAL’FRAPPES, SAL’FRAPPES, tra la la la lère

On vous éclater la tête et vous déjanter les dents

Et quand y’en aura marre on vous rentrera dedans

Parmi les chants bien connus, il y a le célèbre hymne des Orcland Raiders intitulé « Allez les Verts » que les équipes de morts vivants revendiquent également sous le titre « Allez les Vers ! ».


A lundi :-]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s