SAGA « Pillage d’un village normand par une bande bretonne » (by CAIUS)

(Une partie de SAGA commentée par notre ami CAIUS, ben oui parce qu’à BBC y a  pas que du Blood Bowl)

« Pillage d’un village normand par une bande bretonne »

En 1026 et depuis 1009 ap JC, le fleuve Coysnon ( ou Couesnon en français moderne) est devenu la frontière naturelle entre les duchés de Bretagne et de Normandie.

AELATH le Petit, seigneur insignifiant de Bretagne a franchi le fleuve avec ses troupes pour piller le village de ROZ en Normandie.

Après avoir occis quelques pauvres bougres incapables de se défendre, il s’apprête à retourner en Bretagne avec son butin lorsque le seigneur local normand réussit à réunir une troupe de qualité pour l’empêcher de boire du cidre et de la bière et finir alcoolique , avachi sur son trône breton .

CAIUS le Grand ( Magnus donc en latin bande d’ignares!) s’interpose pour reprendre ses biens. Ses troupes sont arrivées groupées à l’exception d’une bande d’archers (guerriers) qui s’est un peu trop approchée des bretons, perdus dans les chemins et les sentes de loups.

La position du seigneur bretons avant le début de la partie.On remarque le butin, très impressionnant : que la campagne normande est belle et florissante pour donner du bétail d’une telle qualité !Sa bande de pillards s’apprête à rentrer en Bretagne voisine en traversant le Coysnon.

Les normands sont arrivés à temps pour tenter d’intercepter la bande de voleurs.

Enfin, pas tous…des archers se sont un peu trop rapprochés des bretons, perdus dans les chemins Ils sont à l’abri d’un bois mais sont repérés par des guerriers à cheval et des guerriers à pieds…tous armés de javelots.

CAIUS MAGNUS a préjugé de la force de ses guerriers archers à pieds: réfugiés dans le bois, face à la horde dépenaillée de bretons avinés, ils sont attaqués par trois unités les deux premiers tours. AELATH utilise la puissance de ses javelots pour accabler les archers normands réduits à…2 figurines. Mais ils résistent et arrivent à toucher 4 adversaires. Ils reculent dans le bois en espérant que le seigneur AELATH soit plus enclin à quitter la Normandie avec le fruit de son pillage plutôt que de tenter d’exterminer quelques archers sans importance…

ALEATH, vil gredin, tu choisis la mise à mort plutôt que de profiter de ton pillage.3 unités attaquent le bois…

Bon, les archers normands sont au bord de la disparition…Les bretons ont aussi laissé des plumes dans leur raid…

Tour 3 : la garde normande attaque soudainement la cavalerie bretonne qui ne se méfie pas : les capacités SAGA permettent à la cavalerie normande de charge en traversant une unité amie. AELATH n’a rien vu venir…

La première unité de cavaliers bretons exterminée, les normands entament la seconde unité de cavalerie…

Tour 6 : la garde normande, suivie d’une unité de guerriers à cheval entame la prise à revers des unités à pieds bretonnes en charge du butin…

Tour 6 : CAIUS MAGNUS…MINIMUS. Les gardes à pieds bretons se sont retournés et grâce à des capacités SAGA d’un autre âge, des dés jetés à la pelle, des javelots comme s’il en pleuvait et un corps à corps ultra violent,.la cavalerie normande est …anéantie. CAIUS est un seigneur imprévoyant, ridicule, ivrogne, psychopathe et uniquement obnubilé par la guerre…( Tiens, il pourrait jouer à Blood Bowl !?)

Tour 7 et 8 : les normands se re-déploient. CAIUS avait laissé une unité en réserve et ses paysans archers,. qui harcèlent l’infanterie bretonne à longue distance grâce à une capacité SAGA qui double la portée des archers !!Mais le butin se rapproche du plan d’eau et les bretons ne sont qu’à deux mouvements de marche de leur salut.

Les braves paysans normands succombent à l’attaque des gardes bretons…( avec arbalète mais en réalité armés de javelots. Vil AELATH, tu nous trompes !!!!).

Tour 9 : les choses sont claires : les normands repositionnés grâce à une retraite en ordre font face aux restes des pillards bretons.4 guerriers à cheval et 4 arbalétriers normands font face aux guerriers à pieds et aux restes des gardes bretons…

Tour 9 : CAIUS MAGNUS lui- même sur son destrier vient régler son compte au piéton AELATH, ivre de cidre et de sang…

Arrhhh….les bretons vont réussir à s’échapper avec leur butin….DEUS AIX ( Dieu aide-nous! Bon, à SAGA il ne faut pas hésiter à demander de l’aide).

Tour 10 : CAIUS MAGNUS attaque AELATH et le tue en duel…grâce à des dés SAGA économisés au tour 9 pour profiter de DEUX AIX (5 dés d’attaque en plus!!!)

C’est la fin du scénario : les normands ont récupéré leurs biens et exterminé les pillards…mais ce fut in extremis.

On s’est régalé dans cette partie où AELATH a parfaitement joué le coup en ayant bien assimilé les capacités bretonnes. Il a laissé vivre deux archers normands ce qui a permis à CAIUS MINIMUS de garder un dé d’action SAGA…ce qui a fait la différence à la fin du tour 10 !!!

J’espère que ce commentaire de partie vous incitera à venir piller sur nos tables de jeux, vous serez les bienvenus et nous pourrons vous prêter des figurines. SAGA est un jeu dont les règles s’assimilent en 10 minutes mais où les subtilités ne s’apprécient qu’au bout de deux parties avec la même bande.

N’HESITEZ PAS A FRANCHIR LE PAS, REJOIGNEZ NOUS.

 

 

Alors comment ça marche SAGA

Le thème
SAGA est un jeu d’escarmouches ayant pour cadre l’Angleterre de l’An Mil. Des bandes des principaux protagonistes de la période 1020-1066 s’affrontent représentant les principales factions des guerres endémiques que se sont livrées les nations cherchant à dominer les îles britanniques. Comme son nom peut le laisser penser, SAGA met en lumière le caractère héroïque de ces affrontements, tel qui peut être dépeint dans les chroniques contemporaines ou les sagas scandinaves ultérieures.

Le système de jeu
SAGA utilise des plateaux de combat qui, couplé avec l’utilisation de dés SAGA, font l’originalité du jeu. Chaque faction (Vikings, Anglo-Danois, Normands et Gallois) dispose de son propre plateau et son propre set de dés SAGA. Sur les plateaux figurent les capacités de cette faction, qui souvent transcrivent les spécificités de cette faction.
Au début de son tour, le joueur détermine le nombre de dés SAGA dont il dispose, qui dépend du nombre d’unités encore sous son contrôle à ce moment là de la partie. Une fois ces dés lancés, il les attribue aux différentes capacités de son plateau, chacune demandant un dé spécifique ou une combinaison de symboles.


Ci-dessus, un plateau de combat après l’attribution des dés SAGA.

Une fois ceci fait, le joueur peut débuter son tour d’actions, en utilisant les capacités l’une après l’autre. Outre des effets typiques de sa faction, ces capacités SAGA vont lui permettre d’activer (et faire agir) ses unités, bloquer les manœuvres adverses, ou se donner un bonus bienvenu aux moments critiques. Bref, pas de dés SAGA, pas de chocolat ! Bien entendu, certaines capacités pourront être gardés en réserve pour être utilisée durant le tour adverse, ajoutant une bonne dose d’interactivité dans la séquence de jeu.

Les scénarios et le jeu
SAGA ne nécessite pas une grande surface de jeu. La taille standard d’une table est de 1m20 x 90cm. Le nombre de décors est lui aussi assez limité et rare sont les joueurs qui ne disposent pas déjà du nécessaire, comme quelques arbres, un peu de rocailles et une paire de bâtiments.

Le jeu propose 7 scénarios, le dernier étant spécifiquement conçu pour les parties à 3 ou 4 joueurs. Chacun illustre une rencontre particulière, et offre son propre défi tactique.

Les forces en présence
SAGA offre la possibilité de jouer plusieurs factions.

Pour débuter, le jeu recommande un budget de 4 points. A quoi servent ces points ? C’est extrêmement simple.

D’abord, à la tête de votre bande vous aurez un Seigneur, qui peut être un Earl Saxon, un Comte Normand ou un Prince Gallois par exemple. Etant votre alter-ego sur la table, il est gratuit et chaque bande en aura un.

Puis vous pourrez dépenser vos points. Un point vous donnera 4 Gardes (les meilleurs des guerriers comme des Huscarls Anglo-Danois, des chevaliers Normands ou des nobles Gallois), 8 Guerriers (le cœur des forces combattantes des principales nations) ou 12 Levées (souvent équipés d’armes à distance, il s’agit d’un ramassis de gueux bon marché).

Une fois déterminé ce que chaque point vous octroiera, vous pourrez organiser les figurines à votre disposition en unités de 4 à 12 figurines, composées uniquement de figurines de la même classe (soit tous des Guerriers, tous des Gardes ou tous des Levées). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 réflexions sur “SAGA « Pillage d’un village normand par une bande bretonne » (by CAIUS)

  1. Très bon résumé qui permet de suivre la partie

    et je confirme SAGA est un jeu super agréable et divertissant sans en oublier les cotés tactiques par les choix à faire dans la gestion des capacités

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s